Les variétés d'impressions


retour à l'accueil



Les variétés d'impressions sont diverses et liées à des incidents techniques.
A ce sujet, je tiens à remercier Christian B. pour sa compétence technique et ses explications.




    1) Variétés liées au galvano

            La finesse de l'impression se détériore progressivement ou accidentellement au cours du temps. Cette perte des détails ou les taches blanches qui apparaissent proviennent soit :

i) d'une usure du galvano conduisant à une obstruction progressive des détails et donc à une divergence vis à vis du poinçon d'origine au cours des tirages successifs. On parle alors de variété de galvano de service

ii) de la présence d'objets sur le galvano (limaille, confetti, cheveux, papier...) d'où l'apparition d'anomalies et de taches blanches bien connues des spécialistes et baptisées
- chenilles (ou paille) longues et fines (semeuse au boomerang...),
- anneaux de lune (et rochers) de forme et de taille variable (semeuse à la raquette, mouches...),
- taches blanches ...




    2) Variétés liées à l'encre

            La finesse de l'impression est perdue transitoirement en raison d'une variabilité de la qualité de l'encre ou de son utilisation. On distingue différents cas de figure :

i)    une erreur lors de la préparation de l'encre provoquant
            - variété de couleur suivant les lots d'encre,

            - encrage empaté car pas assez fluide et donc apparition de certaines zones obstruées sur le timbre,

ii)   un excès d'encrage du galvano conduisant à un surencrage

iii) séchage de l'encre après un arrêt technique (changement papier, ajout d'encre...) ce qui se traduit par une zone blanche autour des motifs mais pas à l'intérieur = impression à sec.



    3) Variétés liées au papier et à son approvisionnement

         
    Le papier étant le support de l'impression, sa qualité intrinsèque influe énormément sur le produit fini. Cette qualité est importante tant au niveau du rendu esthétique (papier GC jusqu'au papier blanc pur) que de ses propriétés mécaniques.

        Les variations de teintes sont souvent attribuées à une qualité fluctuante des encres mais il ne faut pas négliger l'impact du papier. De ce point de vue, des études ont été menées mais les nomenclatures utilisées sont hétérogènes et les études partielles car difficiles.

       L'aspect mécanique est très important lors de la production et de la commercialisation des timbres. Un papier trop souple aura tendance à générer des plis lors des empilements des feuilles d'où l'apparition de " plis accordéon ", de taches blanches par repliement partiel d'une feuille, de " piquage décalés " ou de " piquage oblique ". De plus, cette qualité du papier influe sur le rythme d'approvisionnement de la presse lors de la production suivant si les feuilles sont épaisses, minces, résistantes, pliées... Il en résulte alors des variétés d'impression où la même feuille est imprimée deux fois. On distingue deux phénomènes distincts plus ou moins bien connus :

i) le recto-verso bien connu car très spéctaculaire. Dans ce cas, le galvano encré est descendu une première fois en présence d'une feuille pliée d'où un encrage du support. Dès lors le passage d'une seconde feuille se traduit par une impression  en recto par le galvano et une autre inversée en verso par le support précédemment encré. Cette impression est généralement partielle à l'échelle d'une feuille.

ii) le re-entry : l'impression est doublée par un deuxième passage sur le recto de la feuille. Cela conduit à une teinte plus foncée (deux passages sans décalage) ou à une double impression décalée. Ce défaut est souvent spécifique des impressions sur rotative.





    4) Variétés liées à la rotation des galvanos

       
       Lors d'une impression sur rotative, les galvanos sont fixés sur un cylindre d'impression qui, par définition, tourne autour d'un axe. Si ce cylindre est mal fixé, un mouvement oscillatoire se produit. On a alors une impression oscillée qui se traduit par une impression oscillante sur la feuille